Epilation Laser Info

Epilation Laser à Paris pour hommes et femmes: conseils, information

L’achat des appareils d’épilation : quel résultat attendre ?

Epilateur lumiere pulsée ou épilateur laser : quel est le principe ?

Les appareils disponibles sur le marché actuellement fonctionnent tous selon la technique de lumière pulsée. Les épilateurs laser sont en effet manipulés uniquement par les dermatologues, formés à cette technique.

L’épilateur laser « maison » n’existe donc pas encore. Les appareils accessibles aux particuliers proposent d’une méthode semi-définitive : les poils peuvent continuer à pousser malgré tout, mais bien moins nombreux et bien plus fins. Comment ça marche ? Le fonctionnement de l’epilateur lumiere pulsée est simple : il cible le pigment qui colore le poil et détruit le bulbe grâce à l’énergie transformée en chaleur. En repoussant, la racine tombe, évitant ainsi l’apparition d’un nouveau poil. Le traitement ne se fait pas en une seule fois, mais en plusieurs séances, chacune espacée de quelques semaines. Plus le contraste entre la couleur du poil et de la peau est important, plus l’épilation sera efficace. À chaque exposition à la lumière pulsée, le bulbe perd de sa vigueur, ce qui ralentit petit à petit le processus de repousse, jusqu’à l’éliminer complètement sur certaines zones.

Lumière pulsée : pour quels profils ?

Ces appareils sont particulièrement performants sur les peaux claires et les poils noirs. Les ondes s’attaquant à la mélanine, la plupart des appareils ne sont pas recommandés pour les peaux noires ou très foncées sous peine de brûlures, voire de modification de la pigmentation. Sur le même principe, les ondes ne reconnaissant pas les pilosités trop claires, elles ne peuvent donc pas agir correctement sur le bulbe. Notez cependant que les constructeurs travaillent sur des produits réparant cette injustice. Certains modèles mettent déjà en avant leur efficacité dans les cas cités plus haut. Les épilateurs à lumière pulsée sont relativement chers, mais finalement assez vite amortis, notamment si vous êtes un(e) adepte de l’épilation à la cire en institut. Le traitement s’étend sur une période comprise entre 12 et 24 mois selon votre pilosité, la zone à traiter et la couleur de votre peau. En moyenne, il faut compter environ 15 mois pour l’élimination d’environ 80% des poils, dans le cas d’une personne présentant les caractéristiques idéales.

À quoi ressemble une séance ?

Ne faites pas l’impasse sur la lecture du manuel, car les indications peuvent être différentes selon le modèle. Il est primordial, pour optimiser les résultats de suivre à la lettre les instructions du constructeur. Avant de commencer le traitement, un coup de rasoir est nécessaire en général entre 48 h et 72 h avant la séance, pour que l’appareil puisse s’attaquer directement au bulbe et non au poil déjà visible. Choisissez la tête de votre épilateur en fonction de la zone à traiter et l’intensité de la lumière émise selon le type de votre peau. Certains modèles analysent la couleur de votre peau et adapte le réglage de la puissance du flash automatiquement. Ensuite, il suffit d’appliquer l’epilateur lumiere pulsée zone par zone. Petite astuce : marquez les parties déjà traitées pour éviter d’exposer votre peau plusieurs fois. Comptez environ une heure pour les demi-jambes, les aisselles et le maillot. En général, les premiers résultats sont observables après la deuxième ou troisième exposition à la lumière pulsée. La chute des poils dès la première repousse vous indique le bon fonctionnement du traitement.

Optimisez les résultats

Le rasoir est le meilleur ami de votre appareil d’épilation à lumière pulsée et qu’il vous faudra définitivement abandonner toute autre méthode pendant la durée de votre traitement. Bien moins douloureux que l’épilation électrique ou à la cire, ce procédé a également l’avantage d’éviter les poils incarnés ou autres désagréments quasiment inévitables avec le rasoir ou la crème épilatoire par exemple. Les résultats apparaissent en général après les deux premiers mois d’utilisation, même si chez certaines personnes, l’efficacité est évidente dès le début du traitement : le poil repousse beaucoup plus lentement et sur certaines zones, plus du tout. Espacez les séances en fonction de la vitesse de régénération des poils. Vous remarquerez rapidement qu’ils réapparaissent bien plus lentement qu’auparavant.

Après un an d’utilisation, le constat est plutôt positif : vous êtes tranquille pendant au moins deux mois : oubliez les RDV toutes les deux ou trois semaines chez votre esthéticienne. Au fur et à mesure des séances, les poils repoussent de façon beaucoup plus éparse et sont moins épais. Certaines zones comme l’arrière du mollet ou les aisselles seront peut-être même définitivement débarrassées de vos poils, laissant votre peau douce, vous autorisant une sortie improvisée à la piscine à tout moment ! Ne perdez pas à l’esprit que cette méthode est considérée comme semi-permanente, vous aurez de temps en temps, à faire une petite séance de rappel.

Prenez vos précautions

Avant de vous lancer, évaluez bien votre profil et choisissez votre appareil en fonction de vos caractéristiques physiques.

Évitez l’exposition au soleil avant et après les séances : préférez commencer le traitement à l’automne et n’hésitez pas à l’interrompre en été pour quelques semaines si besoin. Respectez toujours les délais entre deux séances préconisées par le constructeur et évitez de diriger les flashs vers les zones tatouées, des cicatrices ou des grains de beauté. En toute logique, en cas de prise de médicament photo-sensibilisant, diabètes, chimiothérapie et pour les femmes enceintes, les séances sont à proscrire.

Médecine esthétique LGBT friendly : qu’est ce que c’est ?

La communauté LGBT peut aujourd’hui compter sur une médecine esthétique spécialisée dans les transformations sexuelles et sur des professionnels Friendly compétents, expérimentés et bienveillants. Changer de sexe et s’assumer dans une nouvelle identité s’inscrit comme un long chemin que la médecine esthétique a aujourd’hui rendu beaucoup plus accessible.

La médecine esthétique LGBT en quelques mots

Cette catégorie de médecine esthétique appelée aussi chirurgie transgenre ou «chirurgie de réassignation sexuelle» permet aux personnes en conflit avec leur identité sexuelle d’origine de changer de sexe.

Une médecine Friendly pour consulter des professionnels en toute confiance

La démarche de changement de sexe, loin de se résumer à une simple opération, reste un parcours long et à fort impact psychologique. Dans un cabinet de consultation, il est souvent difficile de se dévoiler et de parler ouvertement de sa sexualité à un médecin pas toujours réceptif.

Pour éviter que les patients ne renoncent et abandonnent un projet de soin salvateur pour eux, il est nécessaire qu’ils s’adressent à des professionnels de santé sensibilisés à la question transgenre. Le réseau Gay-Friendly LGBT réunit ainsi plus de 600 professionnels de santé, impliqués et dévoués. Contacter un médecin esthétique LGBT Friendly est une assurance de confiance et de compétence assortie d’une écoute bienveillante.

Les interventions esthétiques MTF , de l’homme vers la femme

La vaginoplastie

Par cette intervention un homme peut transformer son pénis en vagin en lui assurant une apparence esthétique ainsi que des fonctions urinaires, sexuelles et érogènes les meilleures possibles.

La réduction de la pomme d’Adam

Une pomme d’Adam jugée trop proéminente peut être réduite par une chondrolaryngoplastie. Cette intervention consiste après une courte incision du cou à réduire le relief du cartilage du larynx en le limant.

La féminisation de la silhouette

• L’augmentation mammaire. Pour créer ou augmenter la taille d’une poitrine jugée insuffisante, il est mis en place des prothèses mammaires parfois associées à une injection de graisse prélevée sur la patiente pour un résultat plus naturel.
• Aplatir le ventre et affiner la taille. Cette chirurgie consiste à retirer de la graisse par liposuccion sur le ventre (abdominoplastie) et la taille. Les cellules graisseuses ou adipocytes sont prélevées puis débarrassées de leurs impuretés avant d’être réinjectées pour créer des volumes là où il en manque comme dans la poitrine ou les fesses.
• Galber les fesses. Créer plus de rondeurs sur la zone postérieure féminise la silhouette en lui donnant un joli galbe. Cette intervention dénommée « brazilian butt lift » couramment pratiquée par les chirurgiens brésiliens s’est largement démocratisée en Europe notamment dans la communauté LGBT.

La féminisation du visage

A la réduction de la pomme d’Adam peut être associée une féminisation du visage (Facial Feminisation Surgery). Le but est d’atténuer l’expression masculine pour obtenir un visage plus doux tout en restant naturel. La féminisation du visage agit sur deux aspects, celui des volumes/formes et celui de la peau. Cette chirurgie se fait au moyen de rabotage osseux ou d’injections qui visent à modifier les éléments du visage pour répondre à des critères esthétiques plus féminins.

Dans un parcours transgenre homme vers femme, la féminisation du visage consiste principalement à :
• Réduire les volumes de l’angle mandibulaire, du menton et du nez par rabotage osseux
• Féminiser les pommettes
• Affiner les joues
• Ouvrir le regard
• Dissimuler les bosses frontales par remplissage des creux existants. Les injections d’acide hyaluronique sont très utilisées en médecine esthétique transgenre pour pour dessiner des formes et créer des volumes.
En ce qui concerne la féminisation de la peau, divers traitements par injections sont possibles et adaptables en fonction de l’inesthétisme à traiter.

Les interventions esthétiques FTM : de la femme vers l’homme

La création d’un pénis

Appelée aussi phalloplastie, la conception d’un phallus consiste à prélever un morceau de peau sur le corps (souvent sur l’avant-bras ou la cuisse) pour construire un pénis. Cette verge doit montrer un aspect esthétique et fonctionnel les plus réalistes possibles avec notamment la possibilité d’uriner debout. La peau de l’avant-bras est prélevée avec ses vaisseaux et ses nerfs qui sont reconnectés par microchirurgie au niveau du pubis.

La création d’une verge peut aussi être réalisée à partir d’un clitoris existant et hypertrophié par la prise de testostérone. Les grandes lèvres servent aussi parfois utilisées pour créer des bourses.

La phalloplastie est suivie de l’insertion d’un implant pénien dont la longueur et le mécanisme seront fonction de l’anatomie du patient. La rigidité (érection) est obtenue par l’activation d’une pompe insérée dans le scrotum, rendant ainsi possible la pénétration lors de relations sexuelles.
La modification des organes génitaux féminins inclue également la suppression et la fermeture du vagin et le rallongement de l’urètre avec des modifications nécessaires pour la miction debout.

La mastectomie

Appelée aussi torsoplastie masculinisante, la mastectomie est une opération irréversible par laquelle on enlève les glandes mammaires avec si besoin la réduction de la taille des mamelons et des aréoles qui donnera au thorax un aspect masculin.
Les médecins esthétiques spécialistes transgenre mettent en place tous les moyens possibles pour créer un environnement sécuritaire et propice aux soins médicaux. Les contacter constitue la première étape du chemin vers une nouvelle vie…

Le caractère définitif de l’épilation laser peut-elle être garantie à vie et par écrit?

Pour votre sécurité, l’épilation laser doit être effectuée par des médecins ou sous leur responsabilité. Cela signifie que le Médecin peut déléguer le passage du laser sur la peau à du personnel soignant ( infirmière diplômée d’état ou manipulatrice en électradiologie). Le réglage du laser relève de la responsabilité du médecin

L’engagement sur des résultats en médecine est interdit. La médecine n’est pas une science exacte, le médecin peut s’engager sur la mise en œuvre des meilleures compétences et dispositifs médicaux selon l’état de la connaissance scientifique au moment de l’acte. Il prodigue des soins dévoués avec l’aide de personnel formé. Un médecin ne peut s’engager sur un résultat après plusieurs séances de soins (article 55 du Code de Déontologie Médicale). La raison d’être de cette interdiction est qu’un tel engagement constituerait une tromperie car un médecin ne peut jamais être certain du résultat de ses soins…

En matière d’épilation définitive, vous devez savoir :

  1. Que l’épilation laser définitive n’est jamais totale. Par exemple, le duvet, constitué de millions de poils très fins et clairs est présent sur toutes les zones de votre peau sauf la paume des mains et la plante des pieds. Ce duvet ne peut jamais être épilé définitivement. De même, des poils échappent toujours à un traitement conduit sur un nombre raisonnable de séances. Nul ne peut donc garantir à vie une disparition définitive de tous les poils.
  2. Il existe de nombreuses causes de transformation du duvet en poils terminaux (grossesse, prise de certains médicaments, hormones, survenue de certaines maladies,…), avant, comme après une épilation laser. Ce serait une tromperie de garantir à vie qu’une personne ne présentera jamais une de ces causes d’augmentation de la pilosité.
  3. Lors d’une épilation laser bien menée, un poil détruit par nécrose de coagulation ne repousse jamais. Cette nécrose peut être induite par un laser utilisé à dose suffisante comme par une épilation électrique bien conduite. Les études publiées à ce jour (191 dans Medline) ne décrivent aucune repousse de follicules pileux ayant subit une nécrose de coagulation. Il n’existe aucun argument pour peser qu’une telle repousse soit possible.
  4. Une épilation laser à dose insuffisante n’est pas définitive. La repousse du poil est retardée, éventuellement de plusieurs mois, mais si la nécrose du follicule pileux n’est pas obtenue, l’épilation est de « longue durée », mais pas « définitive ».

Plutôt que de demander une garantie à vie et par écrit du caractère définitif de l’épilation laser, vous devez questionner le médecin sur les moyens qui seront pris pour vous traiter :

– le traitement est-il sera-t-il conduit à dose suffisante ? (le résultat dépend de la dose)

– quel laser est utilisé avec quel système de refroidissement cutané ? (tous les équipements n’ont pas les mêmes capacités)

– quel est le nombre de séances annoncé, pour quel pourcentage de poils résiduels un an après la dernière séance d’épilation?

– quelle est la durée d’une séance ? (à laser identique, les résultats ne sont pas les mêmes si l’opérateur traite des demi-jambes en 15 mn ou en 40 mn…).

Que faire en cas de complications ?

Les complications cutanées des lasers épilatoires sont de plusieurs types. La plus évidente est la brûlure toujours très superficielle. Mais il peut se produire aussi des troubles de la pigmentation comme une hypo-pigmentation si les cellules fabriquant la mélanine (les mélanocytes) ont été détruites ou plus volontiers une hyper-pigmentation, c’est à dire des taches foncées. Ces troubles de la pigmentation sont temporaires et régressent avaec le temps.

Ce genre d’accident peut arriver sur des peaux claires lorsqu’il reste du bronzage sur les zones traitées. La mélanine est brûlée et tombe, cela laisse une couleur plus claire sur la zone ou la mélanine est tombée. La peau retrouve sa couleur homogène lorsque tout le bronzage est parti.

Sur les peaux plus foncées, le laser a le même effet qu’une forte exposition au soleil et peut produire des variations de la pigmentation, qui généralement retourne rapidement à la normale.

L’application de crème grasse et d’un pansement peut être utile. En cas de doute, n’hésitez pas à rappeler le médecin qui a réalisé votre épilation.

Combien coûte l’épilation définitive au laser ?

Le prix de la séance est fixé librement par le médecin.

Les variations de tarifs pratiqués Les tarifs sont dû au libre choix des médecins. En pratique, les prix de l’épilation laser sont fondés sur le nombre de spots laser tirés, les horaires d’ouverture du Centre et le souhait des Centres de faciliter l’accès à l’épilation laser. Les prix sont affichés et expliqués sur un formulaire de consentement éclairé remis avant chaque acte.

Pour les zones à forte densité de poils comme la barbe, les premières séances peuvent être dédoublées afin de limiter la sensation de douleur et les risques pour la peau. Ces séances doivent être plus rapprochées (deux à trois semaines).

Les soins esthétiques ne sont pas remboursés par la sécurité sociale.

Comment se passe la première visite ?

Votre médecin effectuera avant le traitement une première visite d’évaluation, des tests et un devis.

Chaque praticien est libre de fixer des honoraires pour cette première visite. La première visite est souvent réalisée gracieusement par les centres et les cabinets.

Selon la nature de votre peau et le bronzage résiduel, la première séance pourra se faire immédiatement ou après évaluation de la réaction de votre peau. Le Médecin vous dira si il est préférable d’attendre 24h à 48h après le test ou si vous pouvez commencer sans délais.

La remise d’un formulaire de consentement éclairé comprenant les informations tarifaires est obligatoire. La signature de ce document est un accusé de réception et ne vous engage pas à faire le traitement.

Lorsque vous commencez votre traitement, vous êtes engagé sur le rendez vous que vous avez pris et pas sur le nombre de séances indicatives. Vous êtes libre d’arrêter vos séances ou de changer de Centre. Le paiement d’avance pour plusieurs séances n’est pas autorisé en médecine.

Page 1 of 4

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén